Votre navigateur ne reconnaît pas les scripts.

CHRSM - site Meuse

xx

AVC et rythme cardiaque irrégulier

À l’occasion de la semaine du Cœur 2021 ayant pour thème l’Accident Vasculaire Cérébral (AVC), nous vous proposons un focus sur la fibrillation auriculaire.

L’Accident Vasculaire Cérébral (AVC) est le plus souvent lié à l’obstruction brutale d’une artère qui irrigue le cerveau. La prise en charge doit donc être extrêmement rapide pour en minimiser les séquelles autant que possible. En cas de paralysie brutale d’un membre, d’une difficulté à s’exprimer ou d’une déviation anormale de la bouche, le seul réflexe à avoir est celui de faire appel à une ambulance. Chaque minute compte !

Mais comme tout le monde le sait, mieux vaut prévenir que guérir !

« Sur le plan cardiologique, le dépistage des troubles du rythme et en particulier de la fibrillation auriculaire (FA) est primordial dans la prévention de l’AVC », explique le Docteur CARRYN, rythmologue au Service de cardiologie du CHRSM-site Meuse. « En effet la FA multiplie par 5X le risque de présenter un AVC, car un caillot peut se former dans le cœur et ensuite partir dans la circulation avec le risque de finir par boucher une artère du cerveau ».

« La fibrillation auriculaire rend le cœur rapide et très irrégulier. Symptôme qui doit toujours vous faire consulter votre médecin ou votre cardiologue ».

L’image ci-dessous représente un électrocardiogramme (ECG). Sur le premier tracé, on peut voir le rythme sinusal (« normal ») des battements d’un cœur et, sur le second, l’activité électrique caractéristique d’une fibrillation auriculaire : des oscillations ou des « vaguelettes » rapides, d’amplitude, de forme et de fréquence variables remplacent les ondes P régulières. Le rythme ventriculaire est irrégulier et souvent rapide.

« Mais les symptômes peuvent parfois être très discrets. C’est pour cela que passer régulièrement chez son médecin traitant ou prendre soi-même son pouls attentivement est très utile », conseille le Dr CARRYN.

Une fois découverte, la fibrillation auriculaire peut être traitée, d’une part, par des médicaments (antiarythmiques et/ou anticoagulants) et, d’autre part, par des interventions de cathétérisme (passage par une veine de la jambe). Le risque d’AVC est alors remis sous contrôle (images ci-dessous).

« Au CHRSM-site Meuse, l’équipe de cardiologie se tient à votre disposition pour le dépistage et la prise en charge par les traitements les plus modernes de la fibrillation auriculaire, comme l’ablation par radiofréquence par isolation des veines pulmonaires », conclut le Docteur DECHAUX, cardiologue et chef du Service de cardiologie du CHRSM-site Meuse.  

Si vous souhaitez vous renseigner sur notre Service de cardiologie ou sur les examens proposés, cliquez ici : https://www.chrn.be/services/cardiologie